#DDay70 Cérémonie au Musée de l’Aviation d’Ottawa

Discours prononcé par Alexandre Vulic, chargé d’Affaires, Ambassade de France au Canada,

au Musée de l’Aviation d’Ottawa,

dans le cadre des cérémonies du 70ème anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944.
(Ottawa – 6 juin 2014)


JPEG


Très honorable David Johnston, Gouverneur général du Canada,
Mme Sharon Johnston, Excellences,
Vétérans et Représentants des forces canadiennes,
Honorables Ministres,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Mesdames et Messieurs les chefs de missions diplomatiques,
Mesdames et Messieurs,


Seventy years ago, on the beaches of Normandy, hope would be reborn.

Le 6 juin 1944, les aviateurs et marins canadiens furent parmi les premiers engagés et plus de 450 Canadiens furent parachutés avant l’aube. Bientôt, les troupes de la 3ème division d’infanterie canadienne prenaient pied à Juno Beach face au feu ennemi.

A la mi-journée, surmontant l’une des résistances les plus fortes sur les plages, elles tenaient trois positions, à Graye, Courseulles et Bernières-sur-Mer. Au soir, les soldats canadiens avaient pénétré avec succès et plus profondément en territoire français qu’aucun autre de nos alliés.

JPEG

On D-Day itself, over a thousand Canadians were killed, wounded, went missing or taken prisoner. Of the close to 100 000 Canadians and Newfoundlanders who served in the Battle of Normandy, 5,500 would make the ultimate sacrifice.

This sacrifice was preceded by others made since Canada joined the war in 1939 : casualties incurred protecting the maritime supply lines to Europe ; in conducting air operations beyond the Channel, and in key missions such as the 1942 Dieppe raid and the Italian campaign of 1943.

These sacrifices would continue as Canadians marched through France, Belgium, the Netherlands and Germany, and ultimately, onto victory.

Aux cimetières de Bény-sur-mer et de Bretteville-sur-Laize, au remarquable Centre Juno Beach créé à l’initiative de citoyens canadiens, devant les monuments le long de Juno Beach, notre cœur se serre d’émotion et se gonfle de reconnaissance.

Les hommes du 6 juin étaient jeunes, ils venaient du Canada entier, ils étaient loin de chez eux, parfois pour ne jamais revenir.

France has an eternal debt towards these brave Canadians and their surviving families. We owe them — we owe you, Canada — our freedom.

Le débarquement de Normandie était aussi le début de la libération de l’Europe. Nous n’oublions pas que nous avons été libérés par des alliés généreux et épris de liberté dont la présence prolongée à nos côtés a rendu possible la reconstruction, la réconciliation franco-allemande, et l’union de l’Europe.

Our commemoration today is thus a celebration of the strength of democracy and the defence of our shared values. D-Day must also serves to remind our young people that peace and democracy cannot be taken for granted and must be actively defended.

C’est pourquoi la France est si fière d’accueillir aujourd’hui le Premier Ministre Harper, les vétérans et une importante délégation canadienne qu’accompagne l’Ambassadeur de France Philippe Zeller pour une cérémonie binationale manifestant notre indéfectible amitié.

La France rend aussi hommage au Canada ici à Ottawa, avec la projection d’un message de gratitude chaque soir sur la façade du Parlement jusqu’au 9 juin et une exposition photographique sur les grilles de l’ambassade jusqu’au 30 juin.

But most importantly, the French government is bestowing the Légion d’Honneur, our highest decoration, upon the living Canadian D-Day veterans, both in France and Canada. By honouring them, France also hopes to honour the more than 45,000 Canadians who sacrificed their lives during the War.

JPEG

Merci le Canada, la France n’oubliera jamais !
Thank you Canada, France will never forget !



- Album photo

Cérémonie des 70 ans du D-Day à Ottawa

Anniversaire du débarquement et de la bataille de Normandie : Ottawa se souvient - 45èNord.ca

Dernière modification : 10/06/2014

Haut de page