Enseignement supérieur au Canada aujourd’hui [en]

Un système universitaire décentralisé

Au Canada, l’enseignement, y compris l’enseignement supérieur, est une compétence exclusivement provinciale. Il n’y a donc pas de ministère fédéral de l’éducation. Les universités sont de statut privé et existent en raison de chartes provinciales. Seule l’Université du Québec et ses antennes régionales sont publiques.

Des universités très autonomes

Les universités sont des entités juridiques indépendantes. Elles jouissent d’une grande autonomie en matière de politique et d’organisation, en dépit des subventions élevées qu’elles reçoivent des gouvernements. Elles établissent leurs propres normes d’admission et les conditions d’obtention d’un grade. Les rémunérations des professeurs sont décidées par les conseils d’administration des universités. L’intervention gouvernementale est généralement limitée aux questions financières, comme la création de chaires ou la structure des droits de scolarité. Des organismes intermédiaires comme la Commission de l’enseignement supérieur des provinces du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île du Prince Édouard peuvent jouer un rôle consultatif à cet égard.


Organisation des études et enseignements dispensés

Les universités dispensent des programmes de baccalauréat (Bachelor), de maîtrise (Master) et de doctorat (d’habitude un Ph.D.) dans des domaines aussi variés que les affaires, l’astronomie, la génétique et les beaux-arts. En plus de préparer les étudiants à toute une gamme de professions et de carrières, ces programmes offrent des perspectives inégalées en matière d’études théoriques.

Les collèges universitaires : en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse, on trouve des établissements qui marient les traditions universitaire et collégiale afin d’offrir aux étudiants des programmes menant à l’obtention d’un grade ainsi que des diplômes et certificats d’études collégiales qui, souvent, donnent accès à de tels programmes. En Alberta, les collèges universitaires dispensent un enseignement de niveau universitaire et sont soumis à l’accréditation du Private Colleges Accreditation Board. En Ontario, certains collèges de niveau universitaire ont récemment adopté la désignation de « collège universitaire » pour se distinguer des collèges communautaires qui, depuis peu, ont reçu du gouvernement provincial le pouvoir de décerner des diplômes d’études appliquées.

Les collèges communautaires : le Canada compte 175 collèges communautaires qui décernent des diplômes de formation professionnelle à des candidats provenant de l’école secondaire. Ces établissements offrent des programmes qui aident à combler les besoins de formation de diverses industries.

Diplôme de premier cycle (Bachelor) : en général, les programmes de premier cycle menant au baccalauréat supposent trois ou quatre années d’études à temps plein, selon la province. D’habitude, les programmes de baccalauréat spécialisé supposent un enseignement plus poussé et des réalisations plus importantes dans la discipline visée, ce qui nécessite parfois l’obtention de crédits supplémentaires.

Master : normalement, les programmes de master exigent au moins une année d’études à temps plein et prévoient la rédaction d’une « thèse » (c.-à-d. un volumineux essai fondé sur une recherche inédite), des travaux pratiques ou la production d’un mémoire de recherche.
Doctorat (Ph.D.)  : les programmes de doctorat nécessitent au moins trois années d’études à temps plein (souvent quatre), dont au moins une année passée sur le campus.

Autres programmes  : de nombreuses universités offrent également un large éventail de cours sanctionnés par un certificat, de cours d’études supérieures et de programmes abrégés de formation professionnelle.

L’année universitaire

L’année universitaire, dans la plupart des établissements, est divisée en deux semestres : de septembre à décembre et de janvier à avril. Certaines universités offrent également des cours au printemps et en été. D’autres divisent leur année en trimestres et admettent des étudiants au début de n’importe quelle session. La conception du cursus universitaire est très différente en France et au Canada : un étudiant canadien ne raisonne pas en nombre d’années d’étude à effectuer, mais plutôt en termes de diplômes à obtenir. Il n’est d’ailleurs pas rare, pour un étudiant canadien, d’interrompre ses études pendant quelques années pour les reprendre ensuite.


Profil des universités canadiennes

Répartition géographique

Il y au Canada plus de 250 collèges techniques et 93 universités. La répartition géographique de ces établissements est très inégale. Le Canada est composé de 10 provinces et de trois territoires (territoire du Nord-Ouest, du Yukon, et du Nunavut). Aucun des trois territoires ne possède d’université, ce qui s’explique par leur faible peuplement. Toutefois, leurs collèges publics offrent certains programmes universitaires faisant l’objet « d’ententes d’articulation » conclues avec des universités dans d’autres régions du Canada et en Alaska. Les provinces de Terre-Neuve et Labrador, et l’Île du Prince Édouard possèdent une université chacune. Pour des raisons démographiques, plus de la moitié des universités canadiennes sont situées dans les provinces ayant la population la plus dense, à savoir l’Ontario et le Québec, ainsi qu’en Nouvelle-Écosse, pour des raisons ici principalement historiques.

Les langues d’étude

L’anglais et le français sont les deux langues officielles du Canada. Dans la plupart des universités et collèges, l’enseignement se fait dans l’une des deux langues. Certaines offrent l’enseignement dans les deux langues.

L’association des universités de la francophonie canadienne (AUFC), qui regroupe les établissements d’enseignement supérieur hors-Québec proposant des formations en français ou bilingues a pour membres :

Campus Saint-Jean, Université d’AlbertaInstitut français, Université de Regina
Collège militaire royal du CanadaUniversité de Hearst
Collège universitaire de Saint-BonifaceUniversité de Moncton
Collège universitaire de Saint-BonifaceUniversité de Sudbury
Collège universitaire dominicainUniversité Laurentienne
Collège universitaire Glendon, Université YorkUniversity of Western Ontario
McMaster UniversityYork University
Université d’OttawaUniversité de Montréal
Université du Québec à MontréalUniversité Saint-Paul

Classements des universités

Chaque année, depuis 1991, l’hebdomadaire MacLean’s réalise le classement des universités canadiennes. Destiné à servir de guide aux futurs étudiants, ce classement est aussi mis à profit par les responsables universitaires pour attirer étudiants et moyens vers leur université, dans la perspective de maintenir ou d’améliorer leur positionnement, dans un contexte de forte concurrence entre les universités. Le classement repose sur plusieurs séries de critères. Exemples extraits du classement 2012 de Re$earch Money :

Rang mondial Shanghai 2012* Rang national Investissement dans la recherche 2012#
27 U. of Toronto 1 U. of Toronto
39 UBC 2 UBC
63 McGill University 3 U. of Alberta
92 McMaster University 4 U. de Montréal
101-150 University of Alberta 5 McGill U.
101-150 Université de Montréal 6 McMaster U.
151-200 University of Waterloo 7 U. Laval
201-300 Dalhousie University 8 U. of Calgary
201-300 Université de Laval 9 U. of Ottawa
201-300 Queen’s University 10 Western University
201-300 Simon Fraser University 11 U. of Saskatchewan
201-300 U. of Calgay 12 U. of Manitoba
201-300 U. of Western Ontario 13 Queen’s U.
201-300 U. of Guelph 14 U. of Guelph
201-300 U. of Manitoba 15 U. of Waterloo
201-300 U. of Ottawa 16 U. de Sherbrooke
201-300 U. of Saskatchewan 17 Dalhousie U.

*Shanghai Ranking World Universities 2012
#Re$earch InfoSource 2012


Typologie des universités :

  • Undergraduate : petites universités avec surtout des enseignements du premier cycle.
  • Comprehensive : universités dispensant aussi bien des enseignements de premier et second cycle et ayant une activité de recherche significative.
  • Medical doctoral : universités offrant une grande possibilité de masters et de doctorats et ayant une activité de recherche importante.

Classement de Shanghai 2012 :

22 universités canadiennes y sont classées (contre 20 françaises) et 4 (3 françaises) apparaissent dans les 100 premières : Université de Toronto (27e), université de Colombie britannique (39e), Université McGill (63e) et Université Mc Master (92e).

Les étudiants étrangers

Le Canada se classe en sixième position parmi les pays d’accueil d’étudiants étrangers, derrière les États-Unis, le Royaume Uni, la France, l’Australie et l’Allemagne :

Pays d’accueil 20062007
États-Unis584 719595874
Royaume Uni330 078351 470
France247 510246 612
Australie184 710211 526
Allemagne207 994206 875
Canada170 146176 077
Japon130 124125 877

Nombre d’étudiants pour les années 2006 et 2007 par pays - Source : UNESCO UIS database et Statistiques Canada


D’après les chiffres de Citoyenneté et Immigration Canada de l’année 2008, ces étudiants proviennent des pays suivants :

  • Corée du Sud (17.5%)
  • Chine (17%)
  • France (6%)
  • États-Unis (6%)
  • Japon (4,5%)

Les étudiants étrangers représentent pour le Canada un intérêt économique important à court terme et à long terme. Un étudiant à plein temps dépense environ à 25 000 $ CAD par an hors frais de scolarité. Les retombées économiques de la présence d’étudiants étrangers sur les campus canadiens sont évaluées à 6,5 milliards de dollars par an.
Le Canada peut se prévaloir de la plus forte proportion au monde de diplômés du supérieur (53%) mais n’envoie à l’étranger que 6% de ses étudiants.

Pour plus d’informations, consultez la Fiche Curie Enseignement Supérieur Canada.


Mis en ligne le 29 novembre 2011

Dernière modification : 16/11/2012

Haut de page