Fin de la Présidence française de l’Union Européenne

Présidence tchèque de l’Union européenne (1er janvier - 30 juin 2009)


PNG

- Le calendrier et les activités de la Présidence tchèque du Conseil de l’Union européenne qui débute le 1er janvier sont à découvrir sur www.eu2009.cz/fr>


Paris passe le relais à Prague

La présidence française du Conseil de l’Union européenne s’est terminée le 31 décembre 2008.

Nous vous invitons à consulter le bilan et les perspectives ouvertes par ces six mois : "Une Europe qui agit pour répondre aux défis d’aujourd’hui


Présidence française du Conseil de l’union européenne (PFUE)
(1er juillet - 31 décembre 2008)

JPEG


Messages du Président

- Message de bienvenue
Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République, souhaite la bienvenue aux internautes sur le site de la présidence française du Conseil de l’Union européenne

- Bilan de la PFUE
Discours de M. le Président de la République devant le Parlement Européen à Strasbourg (mardi 16 décembre 2008)


Conclusions de la présidence – Bruxelles, 11 et 12 décembre 2008

Le Conseil européen s’est réuni les 11 et 12 décembre 2008 et a approuvé un plan de relance de
l’économie européenne équivalent à environ 1,5 % du PIB de l’Union européenne (chiffre
équivalent à environ 200 milliards d’euro).

PDF - 185.4 ko

Evénements au Canada

GIF

- Visite du Président de la République, Nicolas Sarkozy, à Québec, dans le cadre du Sommet Canada-Union européenne.

Réunion de travail avec M. Stephen HARPER, Premier ministre du Canada et M. José Manuel BARROSO, Président de la Commission Européenne (Québec, le 17 octobre 2008)

- Rencontre de la gouverneure générale avec les ambassadeurs de l’Union européenne.

La Très honorable Michaëlle Jean et son époux, M. Jean-Daniel Lafond, étaient les invités d’honneur d’un déjeuner offert par la présidence française de l’Union européenne à la résidence de l’ambassadeur de France (Ottawa, le jeudi 27 octobre 2008)

- Festival du Film de l’Union Européenne 2008

Les cinéphiles de Vancouver et de la Région de la capitale nationale ont pu visionner cette année encore, des films de chacun des 27 États membres de l’Union européenne (du 14 novembre au 10 décembre 2008)

- Concert de Noël de l’Union européenne à Ottawa

La Délégation de la Commission Européenne et les Missions Diplomatiques des Etats-Membres de l’Union Européenne vous remercient d’être venus aussi nombreux au Concert de Noël (Ottawa, le 5 décembre 2008)

- L’Europe de la défense

Discours prononcé par le Colonel Verney (Attaché de Défense- Ambassade de France) (en anglais), devant le Queen’s Centre for International Relations de Kingston (le 5 décembre 2008)

- « Un journaliste canadien à l’Union européenne ? »

La présidence française de l’UE a eu l’honneur d’inviter des membres des médias à l’hôtel Château Laurier pour participer à un déjeuner-débat sur l’Union Européenne et les medias canadiens (Ottawa, le 5 décembre 2008)

- Cérémonie de clôture de la présidence française de l’Union Européenne

Une réception a été organisée dans les salons de l’Ambassade de France à Ottawa, le vendredi 12 décembre 2008
L’ambassadeur a présenté un bilan de la PFUE

- Calendrier culturel de la PFUE

La France a apporté son concours à plus de 45 événements culturels
partout au Canada pendant la présidence.


Conseil Affaires générales et Relations extérieures

Bernard Kouchner a présidé le 8 décembre le Conseil Affaires générales et Relations extérieures consacré à la préparation des conclusions du Conseil européen, des 11 et 12 décembre, et aux objectifs principaux qui seront à l’ordre du jour de la réunion des 27 Chefs d’Etat et de gouvernement
- Lire


La France et l’Europe de la Défense

La politique étrangère et de sécurité commune a été instituée par le traité de Maastricht, en 1992, et renforcée, dans ses aspects de défense, en 1997 à Amsterdam, mais c’est le sommet franco-britannique de Saint-Malo, en décembre 1998, qui lui a donné une impulsion décisive. Depuis, la France a joué un rôle particulier pour le développement de l’Europe de la défense. A la fin de sa présidence, à Nice en décembre 2000, les Quinze se sont dotés des institutions nécessaires pour mener des opérations de gestion de crises : le Comité politique et de sécurité (COPS), le Comité militaire de l’Union européenne (CMUE) et l’état-major de l’Union européenne (EMUE). Le sommet d’Helsinki (décembre 1999) à lancé la coopération des Quinze en matière de capacités militaires, fixant pour objectif de doter l’Union, en 2003, d’une force de réaction capable de déployer jusqu’à 60 000 hommes. Le volume global de l’engagement de la France s’élève à environ 20 % de cette force. C’est dans le domaine des capacités clés que la France fournit proportionnellement sa plus forte contribution. Comme annoncé au sommet de Laeken fin 2001, l’Europe de la défense est d’ores et déjà opérationnelle. La finalisation des accords de Berlin Plus avec l’OTAN, en marge du sommet de Copenhague (décembre 2002), permet à l’UE, à côté des opérations autonomes, de conduire des opérations avec recours aux moyens et capacités collectifs de l’Alliance.

La volonté de la France de relancer l’Europe de la défense se traduit également dans les propositions formulées, notamment avec ses partenaires britanniques et allemands : possibilité pour les États qui le souhaitent de faire un effort de défense plus important au profit de l’UE, réflexion sur la création d’une cellule de planification et de conduite d’opération européenne. La Belgique et le Luxembourg ont été, avec la France, les premiers pays à défendre cette approche.

- Discours prononcé par le Colonel Verney (Attaché de Défense- Ambassade de France) devant le Queen’s Centre for International Relations de Kingston (en anglais)


Disparition de Monsieur Fowler

Déclaration de la Présidence du Conseil de l’Union européenne
sur la disparition de Monsieur Fowler, au Niger
(17 décembre 2008)


Réunion informelle de l’Afghanistan et de ses voisins

(La Celle Saint-Cloud, le 14 décembre 2008)

’’A l’initiative de Bernard Kouchner, au titre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, la réunion ministérielle informelle de l’Afghanistan et des pays voisins s’est tenue le 14 décembre à La Celle Saint-Cloud. Elle a été coprésidée par le ministre, par le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afghanistan, M. Kai Eide, et par le ministre afghan des Affaires étrangères, M. Rangin Dadfar Spanta.

Cette réunion a rassemblé les représentants du gouvernement de l’Afghanistan, du Pakistan, de la Chine, de l’Ouzbekistan, du Tadjikistan, du Turkmenistan ainsi que ceux de l’Inde, des Etats-Unis, de la Russie, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, le Haut-Représentant pour la PESC et la Commissaire européenne chargée des relations extérieures.

Les discussions ont eu pour objet d’examiner les moyens de renforcer la coopération régionale. Les travaux se sont concentrés sur trois grands thèmes :
- l’Afghanistan et son environnement régional : les participants ont souligné qu’il ne peut y avoir de sécurité durable et de paix dans la région sans un Afghanistan stable, en sécurité, prospère et démocratique .,
- la lutte contre la drogue et la lutte contre le terrorisme : les échanges ont souligné la dimension régionale du terrorisme et le besoin d’une action visible, ferme et coordonnée contre les groupes terroristes. Les participants ont appelé au renforcement de la coopération transfrontalière afin de lutter contre le trafic de drogue, en particulier grâce à l’échange d’informations, la formation et l’équipement des garde-frontières .,
- la coopération économique régionale : les participants ont affirmé leur soutien aux initiatives existantes visant à renforcer la coopération entre l’Afghanistan et ses voisins. Ils se sont engagés à concourir à la mise en oeuvre effective de ces initiatives, en particulier pour renforcer la sécurité aux frontières tout en facilitant la libre circulation des personnes et des biens, pour développer la coopération douanière et les accords commerciaux, pour accroître les échanges au niveau des sociétés civiles et pour mettre en oeuvre une meilleure gestion des ressources en eau dans la région.

Les participants ont également réaffirmé leur plein soutien à l’action et au mandat de coordination de la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan et au Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afghanistan, M. Kai Eide.

Il a été convenu qu’une prochaine réunion d’experts se tiendrait à Bruxelles fin janvier ou début février 2009 afin de préparer la Conférence d’Islamabad sur la coopération économique régionale prévue pour le début de l’année prochaine et qu’une réunion ministérielle informelle de suivi de La Celle Saint-Cloud serait organisée dans la région en 2009.

A l’issue de la réunion, un dîner de travail a rassemblé au Quai d’Orsay des représentants de l’Arabie saoudite, de l’Australie, du Canada, de l’Egypte, des Emirats arabes unis, de l’Espagne, du Japon, du Kazakhstan, des Pays-Bas, de la Pologne et de la Turquie, ainsi que l’Aga Khan et le Secrétaire général délégué de l’OTAN, M. Claudio Bisogniero.

Ce dîner a permis de présenter les conclusions de la réunion informelle et d’avoir un échange approfondi sur la situation de l’Afghanistan et les perspectives d’un rapprochement régional.’’


Conférence ministérielle sur l’Eau

JPEG

La conférence ministérielle sur l’eau, tenue le 22 décembre 2008 au bord de la mer Morte en Jordanie, a constitué une accélération sur les problématiques de gestion de l’eau et une première étape concrète pour la mise en œuvre des décisions prises par les chefs d’Etat et de gouvernement le 13 juillet 2008, lors du sommet de Paris qui a fondé l’Union pour la Méditerranée.

- Un calendrier et des projets concrets dès 2009

- Communiqué de Presse du ministre d’Etat, ministre de
l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, Jean-Louis BORLOO annoncant le succès de la conférence
ministérielle sur l’eau de l’Union pour la Méditerranée :
un calendrier et des projets ambitieux dès 2009


Droits de l’Homme

La présidence française présente son bilan

(23.12.08)

Sous l’impulsion de Bernard Kouchner et de Rama Yade, la présidence française du Conseil de l’Union européenne a permis de faire progresser les droits de l’Homme dans de nombreux domaines.

S’agissant des droits des femmes et de la lutte contre la discrimination en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, qui étaient nos deux priorités, nous avons atteint nos objectifs :

- adoption de « lignes directrices sur les violences à l’encontre des femmes et la lutte contre toutes les formes de discriminations à leur égard » par le Conseil. Elles serviront de feuille de route à l’ensemble du réseau diplomatique européen afin que l’Union européenne agisse davantage concrètement sur le terrain en faveur des femmes. Leur adoption marque clairement que les droits des femmes sont une priorité de l’action extérieure de l’Union européenne

- renforcement de la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits armés dans le cadre des missions de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD) au moyen de l’adoption par le Conseil de nouveaux documents opérationnels

- réflexion au sein de l’Union européenne sur la nécessité de créer un nouveau rapporteur spécial des Nations unies qui se pencherait sur la question des lois discriminatoires à l’égard des femmes et promotion de l’idée d’élaborer dans le cadre du Conseil de l’Europe une convention contre les violences faites aux femmes

- déclaration soutenue par des pays de tous les continents (Argentine Brésil, Gabon, Japon, Croatie, Norvège, et Pays-Bas) appelant à la dépénalisation universelle de l’homosexualité, qui a été prononcée pour la première fois au nom de 66 Etats le 18 décembre à l’Assemblée générale des Nations unies. La secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’Homme, Rama Yade, qui a été à l’initiative de cette déclaration, a co-présidé avec le ministre des affaires étrangères néerlandais une réunion à New York, auquel ont participé de nombreuses ONG et personnalités, destiné à promouvoir ce texte historique.

La présidence française a également permis des avancées dans les domaines suivants :

- lutte contre le fléau des enfants soldats : organisation, avec l’UNICEF et sous la présidence de Rama Yade, de la première réunion ministérielle du forum de suivi des engagements de Paris qui a mis l’accent sur la nécessité du renforcement des actions de réinsertion des ex-enfants soldats et permis de recueillir de nouveaux soutiens aux « engagements de Paris » (auxquels 75 pays ont souscrit à ce jour)

- peine de mort : adoption d’une nouvelle résolution trans-régionale sur la peine de mort à l’Assemblée générale des Nations unies, qui conforte le vote historique de l’an dernier, le nombre d’opposants à cette initiative ayant sensiblement diminué (9 Etats de moins)

- Adoption à l’Assemblée générale des Nations unies, à une large majorité, des deux résolutions présentés par l’Union européenne dénonçant les violations graves et massives des droits de l’homme en Birmanie et en Corée du Nord ainsi que de celle sur l’Iran, présentée par le Canada et co-parrainée par l’Union européenne

- Conseil des droits de l’homme : renouvellement des mandats des rapporteurs spéciaux sur la situation des droits de l’homme en Haïti, au Cambodge, au Burundi et surtout au Soudan, tenue d’une session spéciale du Conseil sur la situation des droits de l’homme dans l’Est de la RDC, qui a débouché sur des résultats concrets (plusieurs rapporteurs spéciaux feront rapport au CDH en mars 2009 sur cette région )

- première réunion des dialogues sur les droits de l’homme entre l’Union européenne et trois pays d’Asie centrale (Turkménistan, Kirghizistan, Kazakhstan) et décision de créer des dialogues sur les droits de l’homme avec le Brésil, le Mexique, le Chili, l’Argentine et la Colombie, lesquels devraient se tenir au début de l’année prochaine

- consultations habituelles avec nos partenaires occidentaux (Etats-Unis, Canada, pays candidats à l’Union européenne) mais également avec la Chine et la Russie, au cours desquelles nous avons remis des listes de cas individuels et abordé les sujets les plus sensibles (Tibet ou Tchétchénie) et avec plusieurs pays de la rive sud de la Méditerranée (Tunisie, Maroc) et avec l’Union africaine, avec qui nous avons initié un dialogue prometteur.

Au total, ce sont près de 75 interventions (déclarations et démarches) sur des cas individuels qui ont été menées par l’Union européenne sous présidence française et qui ont, dans plusieurs cas, d’ores et déjà débouché sur des résultats tangibles, tels que la suspension de l’exécution de Troy Davis aux Etats-Unis ou la permission accordée à Mme Tadjibaeva, défenseur des droits de l’homme ouzbek, de sortir de son pays.

La présidence française s’est conclue avec la célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui a été l’occasion de rappeler notre mobilisation en faveur de l’universalité des droits de l’Homme et notre soutien au travail courageux mené par les défenseurs des droits de l’Homme.

Logo officiel

Le logo officiel de la Présidence Française de l’Union Européenne PFUE
a été dévoilé le 2 juin par le ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Bernard Kouchner.

JPEG

Le logo de la présidence française de l’Union européenne illustre la force du lien qui unit la France et l’Union européenne. Il est le symbole de l’engagement de la présidence au service de l’intérêt général européen. Simple et clair, il s’adresse à tous les Européens. Il est à la fois politique et populaire.

- Le site officiel de la PFUE : www.ue2008.fr


Le drapeau européen

GIF

Le drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large. Le cercle d’étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe.

Le nombre d’étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Il y a douze étoiles, car ce chiffre est traditionnellement un symbole de perfection, de plénitude et d’unité. Ainsi, le drapeau reste le même, indépendamment des élargissements de l’Union européenne.

- Histoire du drapeau


Hymne officiel européen

- Hymne officiel européen

Cet hymne n’est pas seulement celui de l’Union européenne, mais aussi celui de l’Europe au sens large. La mélodie est tirée de la Neuvième symphonie composée en 1823 par Ludwig van Beethoven.

Pour le dernier mouvement de cette symphonie, Beethoven a mis en musique l’Ode à la joie écrite en 1785 par Friedrich von Schiller. Ce poème exprime la vision idéaliste que Schiller avait de la race humaine, une vision de fraternisation de tous les hommes que partageait aussi Beethoven.

En 1972, le Conseil de l’Europe (qui avait déjà conçu le drapeau européen) a choisi le thème musical de l’Ode à la joie de Beethoven pour en faire son propre hymne, en demandant au célèbre chef d’orchestre Herbert von Karajan d’en écrire trois arrangements, pour piano, instruments à vent et orchestre symphonique. Cet hymne sans paroles évoque, grâce au langage universel de la musique, les idéaux de liberté, de paix et de solidarité incarnés par l’Europe.

Les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne en ont fait l’hymne officiel de l’Union en 1985. Il n’est pas destiné à remplacer les hymnes nationaux des États membres, mais à célébrer les valeurs qu’ils partagent tous, ainsi que leur unité dans la diversité.


"L’Europe en un clin d’oeil"

- L’Europe en un clin d’œil

Mieux connaître l’Europe, son fonctionnement et son action.


Liens utiles

- Site officiel de la PFUE : www.ue2008.fr

Institutions françaises


Institutions européennes

Autres liens utiles

Dernière modification : 16/01/2009

Haut de page