Journée mondiale du refus de la misère

Thème de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté 2012 :

JPEG

« Mettre fin à la violence de la misère en favorisant l’autonomie et en construisant la paix »

À l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère (17 octobre), la France salue l’adoption par le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies des principes directeurs sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme élaborés par le rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté, Magdalena Sepúlveda.

La France, qui participe activement à la lutte conte la misère menée par les organisations internationales, avait en effet porté la question de l’extrême pauvreté aux Nations unies, en liaison avec ATD-Quart monde.

L’éradication de la pauvreté est le premier des Objectifs du Millénaire pour le développement ; la pauvreté empêche les plus vulnérables de jouir de leurs droits fondamentaux. Elle constitue une atteinte à la dignité de la personne. Il est nécessaire de veiller à ce que les politiques de développement durable préviennent l’exclusion sociale et intègrent la lutte contre la pauvreté et il convient de la combattre en rendant effectifs les droits existants, dont chaque être humain doit pouvoir jouir.

Pour célébrer cette journée mondiale, la France a co-organisé de nombreuses manifestations autour de l’éradication de la pauvreté à Paris et aux Nations unies à New York.

La France ne ménagera pas ses efforts pour que de nouveaux progrès dans la lutte contre la misère puissent être accomplis au sein des enceintes multilatérales, et en particulier aux Nations unies qui viennent de lancer les travaux en vue de l’élaboration du cadre international de développement pour l’après 2015.

Message du Président de la République

Message du Président de la République pour la Journée mondiale du refus de la misère

Le 17 octobre 1987, Joseph WRESINSKI, le fondateur d’ATD-quart monde lançait un appel qui réunissait, sur cette place du Trocadéro, 100 000 personnes.

100 000 personnes qui se soulevaient contre la fatalité de la misère.

100 000 personnes qui rappelaient avec force l’unité fondamentale du genre humain, et le caractère essentiel et imprescriptible du devoir de solidarité.

Vingt-cinq ans après, cet appel nous oblige. Il continue de s’exprimer à travers l’inscription gravée sur ce parvis : « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré ».

La France fait sien ce devoir.

Dans toute la mesure de ses moyens, elle est déterminée à contribuer à un effort de solidarité qui doit être mondial, et qui doit reposer sur l’invention d’un nouveau modèle de développement et sur une répartition plus juste des richesses produites.

Je prends cet engagement devant vous, au nom de la Nation. Et je vous encourage à continuer votre combat : en proclamant votre refus de la misère, vous luttez pour la dignité de l’humanité.



Pour en savoir plus  :
- La rubrique "Aide au développement" sur France Diplomatie
- La Journée mondiale du refus de la misère sur le site des Nations unies

Dernière modification : 19/10/2012

Haut de page