L’actu des entreprises françaises (mars 2014) [en]

Au sein du consortium Grandlinq, Keolis remporte un contrat dans le secteur des trains légers en Ontario

JPEG Le consortium Grandlinq, dont fait partie Keolis Canada, a été recommandé par le comité chargé d’évaluer les propositions concernant la construction d’une liaison par train léger reliant les villes de Kitchener et Waterloo en Ontario. Ce projet d’envergure, dont la construction débutera en 2014, devrait entrer en opération au cours de l’année 2017.

L’entreprise française d’imagerie de synthèse BUF s’implante à Montréal

PNG Un nouveau studio français, BUF, s’installe à Montréal. Le responsable des productions du studio montréalais, Nicolas Delval, indique que le bureau a dans les faits ouvert ses portes à l’automne 2013 et compte actuellement une équipe d’environ 25 personnes.

Dès sa première année d’opération, BUF créera environ 80 emplois, et il s’en ajoutera 45 autres d’ici trois ans. BUF est spécialisé dans le domaine des effets spéciaux et de l’animation. Fondé en 1984, le studio compte 300 artistes et ingénieurs dans ses bureaux en France et en Belgique. L’entreprise possède aussi des bureaux à Los Angeles.

La filiale BUF Canada aura pour mission de créer et de développer des images de synthèse, autant pour le cinéma en prises de vue, que pour les films d’animation. Elle implantera un département de recherche et de développement afin de créer de nouveaux logiciels pour les effets spéciaux. Dans son projet d’implantation à Montréal, BUF a obtenu l’appui logistique de Montréal International et d’Investissement Québec.

Fondée en 1984, BUF a contribué aux effets spéciaux de 75 films et de 800 publicités à ce jour, incluant Matrix, Avatar, Thor, Batman Begins et Life of Pi. La société emploie plus de 300 artistes et ingénieurs dans ses bureaux en France, en Belgique et aux États-Unis, plus précisément à Los Angeles.

La marque française Élora s’installe à Trois-Rivières

JPEG La marque française de vêtements Elora a choisi Trois-Rivières pour s’implanter au Québec. L’entreprise qui fonctionne par vente lors de démonstrations à domicile souhaite y installer son siège social et un entrepôt pour investir le marché québécois.

Une cinquantaine de représentantes ont déjà été recrutées pour la version canadienne d’Elora, rebaptisée StylElora. StylElora est actuellement à la recherche d’un entrepôt, ce qui pourrait se faire d’ici le début de l’été. Le modèle d’affaires d’Elora (ventes par démonstration à domicile) nécessite quelques années avant que les retombées ne soient visibles en termes d’emplois, mais l’entreprise emploie en France une quarantaine de personnes à l’entrepôt. Après le Québec, Elora souhaite s’attaquer au marché des autres provinces canadiennes, puis à celui des États-Unis. La possibilité de créer des vêtements au Québec est également envisagée.

Le designer français Philippe Starck signera un immeuble de 96 appartements de luxe à Montréal

PNG Le designer Philippe Starck signera un immeuble de 96 appartements de luxe au cœur du quartier Griffintown à Montréal. Ce projet résidentiel sera conçu sous la marque de YOO, une firme internationale de design de propriétés et d’hôtels appartenant au créateur français et à son associé, le promoteur immobilier britannique John Hitchcox.

Philippe Starck et John Hitchcox, les fondateurs de YOO C’est la première fois que les fondateurs de YOO choisissent de faire affaire au Québec qui est, selon Philippe Starck, « un croisement, un lieu de rencontres culturelles, ethniques et linguistiques qui en font un creuset évident pour un concept comme le nôtre ». Les dimensions des unités varieront entre 100 et 450 m2. La construction commencera l’été prochain et la livraison est prévue au début de l’année 2016.

OpenHydro, une filiale de DCNS va développer une ferme pilote d’hydroliennes en Nouvelle-Écosse

GIF L’entreprise OpenHydro, une filiale de DCNS depuis 2013, a annoncé le 28 mars qu’elle a été sélectionnée par le ministère de l’énergie de la Nouvelle-Écosse pour un projet pilote de production d’énergie marémotrice sur le site expérimental du Centre de recherche FORCE (Fundy Ocean Research Centre for Energy). OpenHydro a été sélectionné dans le cadre d’un appel d’offre du ministère qui souhaite faire progresser le développement d’une industrie de l’énergie marémotrice dans la baie de Fundy. Ce projet sera réalisé par un consortium dirigé par OpenHydro, conjointement avec la société d’énergie Emera basée en Nouvelle-Ecosse. Les principaux partenaires industriels locaux du projet sont Irving Shipbuilding, Irving Equipment et Atlantic Towing. Le réseau sera composé de deux turbines commerciales de 16m (2.0MW). Ce projet a le potentiel d’être le premier réseau de turbines marémotrices interconnectés multi-mégawatts dans le monde, fournissant de l’énergie à plus de 1000 clients en Nouvelle-Écosse. Une hydrolienne d’OpenHydro a déjà été déployée avec succès et est actuellement en exploitation au large des côtes de la France.

OpenHydro s’est engagée à créer un site industriel dans la Baie de Fundy en s’appuyant sur les compétences locales. A terme, l’entreprise prévoit la création, localement, de 950 emplois directs et indirects. La stratégie du Groupe est de développer des unités de fabrication dans les régions situées à proximité des principales sources d’énergie hydrolienne. La marée de la baie de Fundy est la plus importante du monde (15 mètres). Elle pousse environ 160 milliards de tonnes d’eau - plus que toutes les rivières d’eau douce et ruisseaux du monde combiné. Cela crée des conditions intéressantes pour le développement de technologie marémotrice qui fournit de l’énergie propre et renouvelable.


- Toutes les actualités des entreprises françaises : archives

Dernière modification : 21/07/2016

Haut de page