La France décore 8 vétérans canadiens [en]

"... Soyez assurés qu’au-delà des distinctions qui sont remises aujourd’hui, l’essentiel est le devoir de mémoire et celui-ci est naturellement accordé à tous ceux qui ont participé aux opérations du Jour J... " N. Chapuis, ambassadeur de France au Canada

JPEG

Les récipiendaires

Engagé au sein de la Royal Canadian Air Force, Robert James Bradley participe au soutien aérien du débarquement en Normandie à partir du 10 juin 1944 et effectue 30 sorties à bord d’un bombardier Lancaster.

John William Byrne, engagé au sein des North Nova Scotia Highlanders, débarque en France le 6 juin 1944 à Juno Beach. Il a été blessé deux fois, le 9 juin 1944 en Normandie et le 19 septembre 1944 à Boulogne. Les blessures, sévères, l’empêchent de continuer la Campagne de France.

Ivan Alexander Cote, engagé au sein du 409 Fighter Squadron, a débarqué en France en août 1944 à Carpiquet.

Pilote de Typhoon et commandant de l’escadron 247 RAF, John Friedlander a participé à toute la campagne de France. Il totalise 125 sorties dont 25 missions aériennes en Normandie. Il a joué un rôle déterminant dans l’attaque des allemands à Falaise, Gap, Caen, Bernay.

William James Gunter, engagé au sein de la Royal Canadian Navy, a participé au débarquement en France à bord du Landing Craft Infantry 149 le 6 juin 1944 à Juno Beach.

Victor Latwoski, engagé au sein du 13ème régiment de la Royal Canadian Army, a débarqué en France le 6 juin 1944. Il a combattu en France, Belgique, Hollande, jusqu’en Allemagne.


John Caldwell McLean
, engagé au sein du 415 Squadron, a participé au soutien aérien du débarquement en France et a effectué 13 missions opérationnelles en août 1944.

Robert Allan Spencer, engagé au sein du 4th Canadian Armored Division, a débarqué en France le 26 juillet 1944 à Juno Beach. Il a été blessé le 28 février 1945 en Allemagne.

Discours de l’ambassadeur

Cérémonie de remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à huit vétérans canadiens, discours de l’ambassadeur, jeudi 9 avril 2015

Permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue à la Résidence de France en ce jeudi 9 avril, Jour de Vimy. Vimy, 1917, une bataille symbolique pour le Canada, puisque c’est la première fois dans l’histoire de la confédération qu’un contingent canadien se bat – avec succès - sous commandement canadien, arborant le drapeau de l’époque, le Red Ensign. Ce jour marque dans l’imaginaire collectif la naissance de la nation canadienne. Vous aurez remarqué dans la galerie la réplique du monument érigé à Vimy en 1936, réplique de l’œuvre de Walter Seymour Allward par le sculpteur Louis Leygue, qui rend hommage aux 3598 soldats canadiens tombés à Vimy. C’est sous ce monument que s’est tenue il y a quelques jours la cinquième édition de la soirée de levée de fonds de la Fondation Vimy, que l’Ambassade soutient activement. Nous sommes réunis ce soir pour une cérémonie qui porte un triple symbole : 70ème (bientôt 71ème) anniversaire des opérations de débarquement qui ont mené à la libération de la France et, au-delà, de l’Europe du joug nazi ; 70ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale et jour de Vimy.

Il y a bientôt près d’un an, le 6 juin 2014, une cérémonie était organisée à Ouistreham pour commémorer le 70ème anniversaire du débarquement de Normandie, en présence de nombreux Chefs d’état et de gouvernement, dont le Premier ministre canadien Stephen Harper. Le Premier ministre a également assisté à la cérémonie canadienne, sur la plage de Juno Beach, en présence de vétérans canadiens honorés à cette occasion.

En 2014, donc, pour célébrer le 70ème anniversaire des opérations de débarquement qui ont mené à la libération de la France, il a été décidé d’honorer d’abord 300, puis ce nombre a été doublé pour atteindre 650, vétérans canadiens qui ont participé aux opérations en leur décernant les insignes de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur, premier ordre national de la République française. Cette campagne n’aurait pu se faire sans le concours actif des autorités canadiennes : le Ministère des Anciens Combattants du Canada a ainsi participé au processus d’identification et de vérification des antécédents des vétérans. Cette campagne est désormais close.

Nous avons fait tous les efforts possibles pour honorer un maximum de vétérans, d’abord en repoussant d’un an la date limite d’envoi des dossiers, puis en doublant le nombre de récipiendaires. Nous recevons de nombreux appels et lettres de vétérans qui aimeraient recevoir cette distinction. Malheureusement, nous ne pouvons plus y donner suite. Qu’ils sachent que mes compatriotes se souviennent, et se souviendront longtemps de leur dévouement. Nous nous souviendrons. Soyez assurés qu’au-delà des distinctions qui sont remises aujourd’hui, l’essentiel est le devoir de mémoire et celui-ci est naturellement accordé à tous ceux qui ont participé aux opérations du Jour J.

Comme je le mentionnais plus tôt, Vimy est le symbole d’une relation intime qui unit la France au Canada depuis plusieurs siècles. En 14-18, en 39-45, vous, Canadiens ad mari usque ad mare, avez traversé les eaux sombres de l’Atlantique pour voler au secours d’un des pays fondateurs, pour faire souffler un vent de liberté, et restaurer les démocraties sur le continent européen. Nos deux pays, amis, il va sans dire, ont toujours démontré à travers l’histoire un respect, un soutien mutuel, réciproque, qui répond au destin commun qui nous unit et à la solidarité qui nous engage. Le présent, comme le passé récent, le démontrent également : les forces armées canadiennes n’ont cessé de soutenir les forces armées françaises dans les grands enjeux de sécurité et de défense : Libye, Mali, lutte contre le fléau de Daesh. Nos deux pays font également face ensemble aux nouvelles menaces, comme cela a été le cas pour juguler l’épidémie Ebola et pour conjurer les dérèglements de toute nature.
Aussi conscients que vous l’avez été lorsque vous avez volé au secours d’une Europe assiégée par la barbarie. Vos enfants, vos petits-enfants, vos arrière-petits-enfants vous regardent avec fierté et émotion.

La Légion d’honneur a été créée par Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, en 1802, pour récompenser les mérites éminents acquis au service de la Nation. Je n’ai aucun doute, à la lecture de vos parcours respectifs, que vous remplissez les critères d’attribution de notre premier ordre national. Le Président de la République française a ainsi signé les décrets signifiant votre nomination au grade de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur. Tout au long de 2014, des cérémonies de remise d’insignes ont été organisées à travers le Canada, des Provinces atlantiques à la Colombie britannique. Je suis fier de procéder à cette cérémonie de remise d’insignes dans le cadre de cette campagne exceptionnelle à la Résidence de France, et je tiens à saluer, à travers vous, tous les héros canadiens qui ont servi mon pays.

Dernière modification : 10/04/2015

Haut de page