Le Nobel pour des recherches sur l’immunité humaine [en]

Le prix Nobel de médecine 2011 a été décerné au Français Jules Hoffmann au Canadien Ralph Steinman et à l’Américain Bruce Beutler, pour leurs travaux sur le système immunitaire ont fait progresser la prévention et le traitement des infections, du cancer et des maladies inflammatoires.

JPEG - 37.9 ko
Jules A. Hoffmann
Photo : Mosimann for Balzan



Jules Hoffmann, chercheur français né au Luxembourg, travaille au sein de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg. Il a reçu la médaille d’or du CNRS en 2011.

Avec la distinction de Jules Hoffmann, la France se targe d’avoir cette année un prix Nobel de médecine (les derniers français à l’avoir obtenu étaient Jean Dausset en 1980, puis Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier en 2008). Cette nouvelle distinction témoigne du dynamisme et de la qualité de la recherche française en médecine.




Le président de la République Nicolas SARKOZY se réjouit de l’attribution du prix Nobel de médecine au professeur Jules HOFFMANN, de l’université de Strasbourg.

En étudiant les réponses antimicrobiennes des insectes et en montrant la grande conservation des mécanismes de défense innée entre l’insecte et l’homme, le professeur HOFFMANN a apporté une contribution décisive à la compréhension des systèmes de défense contre les maladies infectieuses et parasitaires.

Le professeur HOFFMANN et ses collaborateurs ont apporté une lumière inédite sur les mécanismes de réponses antimicrobiennes des insectes.

L’ensemble de ses recherches a établi l’insecte (drosophile) comme un modèle de l’immunité innée et ses travaux ont eu un impact majeur sur la compréhension des défenses antiparasitaires de l’anophèle, vecteur du paludisme.

Cette distinction honore l’université de Strasbourg, le CNRS, la communauté scientifique française et notre pays tout entier.

Engagé avec détermination dans la lutte contre les grandes pandémies (sida, tuberculose et paludisme), le président de la République salue cette distinction qui honore les efforts décisifs faits pour l’éradication des maladies infectieuses et parasitaires.

Le Premier ministre François FILLON salue l’obtention du prix Nobel de médecine par le
Professeur Jules HOFFMANN, de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg.

Cette distinction couronne les avancées majeures permises par ses travaux dans le champ de
la recherche immunitaire. Ils représentent un apport essentiel dans la lutte contre le paludisme
et les maladies infectieuses, terrain sur lequel le Président de la République et le
Gouvernement ont apporté tout leur soutien à l’intensification des programmes de recherche.

Les perspectives ouvertes par ces travaux ouvrent, plus largement, des voies nouvelles sur la
compréhension du système immunitaire dans son ensemble.
Ce prix constitue une nouvelle et formidable reconnaissance de l’excellence de nos
chercheurs et de leur capacité à prendre part aux travaux les plus en pointe au niveau mondial.

- Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, et Nora BERRA, Secrétaire d’Etat chargée de la Santé, félicitent Jules HOFFMANN, chercheur à l’Université de Strasbourg auquel le prix Nobel de médecine vient d’être décerné. Lire


JPEG - 40.1 ko

Ralph Marvin Steinman était un généticien canadien, spécialiste en immunologie. Spécialiste de l’étude des cellules, il travaillait à la Rockefeller University.

Travaillant sur le système immunitaire, il découvre en 1973 les cellules dendritiques du système immunitaire humain.

Quelques heures après l’annonce de l’identité des lauréats, l’université Rockefeller à New York indiquait dans un communiqué que "M. Steinman est décédé le 30 septembre".

Le comité Nobel , qui ignorait que Ralph Steinman était mort, a décidé de maintenir son choix, même s’il n’attribue, en règle générale, pas de prix à titre posthume.

JPEG - 37.7 ko
Bruce A. Beutler
Photo : Mosimann for Balzan





Bruce Alan Beutler est un généticien américain, spécialiste en immunologie.












MM. Beutler et Hoffmann vont se partager la moitié du prix de 10 millions de couronnes suédoises (1,46 million de dollars) remis aux lauréats pour leurs travaux sur le système immunitaire inné.

M. Steinman, décédé, est récompensé pour ses travaux sur le système immunitaire adaptatif et devait obtenir l’autre moitié de la somme.

Dernière modification : 05/10/2011

Haut de page