Les jouets français misent sur la tradition [en]

Les parents exigent aujourd’hui pour leurs enfants des produits sûrs et de qualité. Un retour aux fondamentaux qui fait l’affaire des fabricants français, spécialistes du jouet traditionnel, et la joie de ses adeptes.

Les jouets ne connaissent pas la crise. Noël, période durant laquelle s’effectuent 60 % des ventes, s’annonce prometteur cette année. Dans l’ensemble, le marché aura été stable voire en légère progression en 2012, après deux très bonnes années (3 % de hausse en 2010, 6 % en 2011). En France, hors jeux vidéos, près de 250 millions de jouets ont été acquis l’an passé, pour un chiffre d’affaires de 3,23 milliards d’euros. Le marché français est le deuxième d’Europe derrière le Royaume-Uni. Cette performance s’explique notamment par le taux de fécondité qui situe la France au deuxième rang des pays de l’Union européenne.

JPEG Le jouet n’est pas une marchandise comme les autres. On lui accorde des vertus éducatives, de construction de la personnalité, de sociabilité, ainsi qu’une grande valeur affective. Certes, on assiste au retour des « super héros », au développement des jouets connectés et multifonctions et à l’expansion continue des jeux vidéo. Cependant, comme on a pu le constater au dernier Salon Kidexpo de Paris, les jeux éducatifs prennent le pas sur les gadgets. Les plus fortes progressions sont enregistrées par les jouets premier âge, les intemporels jeux de construction, les puzzles, les jeux de plein air et jouets sportifs, les poupées, loin devant les jeux électroniques.

La demande, renforcée par l’application d’une nouvelle directive européenne, porte sur la qualité. La Fédération française du jouet souligne la grande attractivité des jouets de bonne facture. Signe caractéristique de l’importance accordée à ces achats, ce sont les magasins spécialisés qui arrivent en tête des points de vente, devant les grandes surfaces et les offres sur Internet. Dans ce contexte, les fabricants français sont très bien placés. Leurs exportations, qui représentent 33 % des ventes, sont en hausse, la demande de made in France ne cessant de s’accroître. Leurs principaux atouts : leur savoir-faire reconnu dans les jeux traditionnels ; une fabrication soignée et respectant les normes de sécurité ; la prise en compte de la conscience écologique par un retour à la simplicité et aux matières premières naturelles. Quilles, jouets à bascule ou à traîner, porteurs roulants, bilboquets, jeux de croquet ont particulièrement la cote.

Le département du Jura, à la frontière avec la Suisse, est le berceau du jouet traditionnel. L’industrie du bois y est née au XIXème siècle, suivie du tournant décisif du celluloïd et, enfin, de la formidable épopée du plastique dans la célèbre « Plastic Vallée », première concentration de l’industrie du plastique en Europe. Le savoir-faire y est de très haut niveau. Le leader Smoby y est implanté. Les tracteurs Flaquet et Cie, les jeux de briques et d’imitation Ecoiffier, les chalets et les tableaux JeuJura, les baby foot Monneret, les cubes et figurines Janod y sont fabriqués.

Pour autant, la France du jouet connaît aussi des moments difficiles. La dernière usine de peluches française, Blanchet, a failli fermer avant d’être sauvée par son positionnement haut de gamme redevenu dans l’air du temps. D’autres fabricants ont dû faire face aux exigences du marché international, en se regroupant et en investissant dans les moyens modernes de production. Meccano, réputée pour ses jeux de construction en métal et en plastique, a tenu compte de l’évolution du secteur, en relocalisant et en investissant dans son usine historique de Calais.

La tradition n’exclut pas l’innovation. Dans le Jura, les produits sont conçus et testés avec les grands laboratoires de recherche. Les producteurs français renouvellent leurs gammes et surfent sur les tendances, celles du développement durable notamment. Ils utilisent du bois disposant de labels écologiques et des teintes à l’eau.

Les réfractaires aux jouets électroniques ont donc largement de quoi se faire plaisir avec les petites voitures, camions de pompiers, garages, landaus, fermes, dînettes ou maisons de poupées qui occupent plus que jamais le devant de la scène. Et les bébés suçotent toujours Sophie la Girafe, qui a fêté ses cinquante ans et s’impose jusque dans les berceaux américains.

L’attrait pour le jouet traditionnel bénéficie d’une tendance forte. De grands classiques sont réédités, d’innombrables sites Internet sont dédiés aux jouets d’autrefois. Les nostalgiques s’arrachent les poupées Bella, les baigneurs Petitcollin, les boucliers, épées en bois et le cheval bâton Vilac, les grues Clergé, les canards et les chiens en bois à tirer Educalux, les soldats de plomb Starlux, le cheval à bascule Clairbois et autres trains électriques, bateaux en métal, sans oublier bien sûr les peluches Nounours. Enchanter ses enfants en retrouvant sa propre enfance et transmettre une tradition : voilà peut-être l’explication de cet engouement.

(Source : Sylvie Thomas/MAE/2012)

Pour en savoir plus :

www.fjp.fr

Dernière modification : 07/12/2012

Haut de page