Lutte contre la pollution et le réchauffement climatique [en]

Adhésion de la France à la coalition CCAC (25 juillet 2012)

JPEG Lors du sommet du G8 de Camp David, la France et ses partenaires du G8 ont collectivement manifesté leur intention de rejoindre la coalition. Pleinement engagée dans la négociation internationale sur le changement climatique, la France soutient les actions qui permettent d’accélérer, sur le terrain, les nécessaires évolutions vers une économie sobre en carbone. C’est dans cette perspective que la France a décidé d’intégrer pleinement la coalition CCAC (coalition pour le climat et l’air pur).

La France a ainsi souscrit au document cadre de la CCAC, et nous nous engageons à poursuivre, tant par nos actions nationales qu’à travers notre coopération au développement, une haute ambition dans la lutte contre les forceurs climatiques à courte durée de vie.

Nous souhaitons en particulier partager au sein de la coalition notre expertise dans le domaine de l’accès aux énergies propres, ainsi que dans celui du captage de méthane dans les décharges, deux actions dans lesquelles nous sommes déjà fortement engagés au travers de nos acteurs bilatéraux d’aide publique au développement, mais également grâce aux efforts que nous déployons dans le cadre multilatéral. Nous suivrons par ailleurs avec beaucoup d’intérêt les autres pistes d’action que la coalition CCAC se propose de retenir.

Cette initiative fait donc partie d’une dynamique positive plus générale que nous soutenons : il s’agit de développer le maximum de coopérations concrètes, qui viennent compléter efficacement les négociations climat sous la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques).

Cette initiative doit s’inscrire dans une perspective plus large, en complément des efforts déjà déployés sur ces gaz à effet de serre dans les cadres internationaux déjà existants (Protocole de Montréal, Protocole de Göteborg) ainsi que dans le cadre de la Convention Cadre des Nations unies sur le changement climatique. Après la conférence de Durban, notre priorité doit aussi être d’accélérer la réduction des émissions de CO2 à l’échelle globale, et la transition de nos économies vers des modèles de développement sobres en carbone.

Dernière modification : 25/07/2012

Haut de page