Sommet sur la Sécurité nucléaire (Séoul, 26 au 27 mars 2012) [en]

Le Premier ministre François Fillon représentait la France au deuxième Sommet sur la sécurité nucléaire qui s’est tenu les 26 et 27 mars à Séoul, en Corée du Sud. Cinquante-trois pays étaient présents.


Le Premier ministre a souligné combien ce Sommet était "vraiment nécessaire après l’accident de Fukushima qui nous a conduit à prendre des initiatives internationales pour améliorer les niveaux de sûreté."
"Nous avons en face de nous des menaces en matière de terrorisme nucléaire, en matière de terrorisme radiologiqu
e" a-t-il pointé, évoquant les politiques nucléaires conduites en Iran et en Corée du Nord.

Après celui de Washington en 2010, ce deuxième sommet sur la sûreté nucléaire a permis de s’assurer que les engagements pris par tous les Etats étaient bien tenus, comme c’est le cas pour la France.

Par ailleurs, la poursuite active des recherches en matière nucléaire est fondamentale. Le Premier ministre a rappelé combien le réchauffement climatique risque de provoquer des dégâts bien plus graves que n’importe quel accident technologique et il a insisté sur la raréfaction des ressources énergétiques.

Pour François Fillon, l’ensemble de ces raisons "nous poussent à dire que l’on a besoin de l’énergie nucléaire mais qu’elle doit être maîtrisée d’une façon extrêmement fiable par la communauté internationale."

JPEG

Dernière modification : 27/03/2012

Haut de page